Négociation annuelle obligatoire. Pour 2021 : la CFDT dit stop !

Contexte
Comme toutes les entreprises, Mediapost a été confrontée à une crise sanitaire et économique sans précédent en 2020. Face à ces circonstances exceptionnelles, la CFDT s’était engagée en prenant ses responsabilités en signant l’accord NAO 2020.La CFDT espérait ainsi amorcer un dialogue social constructif, afin de pouvoir mieux valoriser les conditions de rémunération de tous les salariés de Mediapost en 2021.

NAO 2021 : une énorme déception
Malgré les efforts consentis par les salariés et les organisations syndicales, en 2020 et 2021, les propositions de la direction n’ont pas été à la hauteur de l’engagement des médiapostiers provoquant ainsi une énorme déception.
La CFDT, 1ère organisation syndicale chez Mediapost, ne peut pas cautionner cette situation et, à ce titre, n’apposera pas sa signature aux NAO 2021.
Il est temps que la reconnaissance et l’engagement des Médiapostiers soient récompensés par une politique salariale réellement ambitieuse !

La plus grande filiale du Groupe La Poste : florilège de propositions choquantes et indécentes…
– Rétrogradation des distributeurs en 1.1 dès la fin de leur mission « distribution de colis »…
– Une prime « ponctuelle » de fidélité de 100 € uniquement pour les salariés ayant eu 10 ans d’ancienneté au cours de l’année 2021. Et les autres ?
– Versement d’une prime de fidélité pour les salariés ayant eu 41 ans et 42 ans d’ancienneté au cours de l’année 2021 ? Combien ?
– Une augmentation générale de 1 % pour les employés, applicable au 01/01/2022, soit une augmentation bien inférieure à l’augmentation décidée par les pouvoirs publics au 01/10/2021 de 2.2 % du SMIC…

Pour la CFDT, c’est inacceptable !
Comment expliquer que l’entreprise soit toujours aussi inattentive à la fragilité économique d’un grand nombre de ses salariés avec un chiffre d’affaires semestriel de 245 millions d’euros en 2021 ?
Pour la CFDT, ne pas reconnaître la valeur « travail », n’est pas seulement une « question financière » mais c’est aussi une question de « justice sociale » ! Chaque euro versé coûte certes à l’entreprise, mais chaque euro gagné par elle, ne l’est que grâce au travail acharné et à l’implication de l’ensemble de ses salariés. Bon nombre d’entreprises s’évertuent à trouver un juste équilibre dans la redistribution des richesses toujours aidées dans cette démarche par la CFDT 1ère organisation syndicale dans le secteur privé.

[…]

 Négociation annuelle obligatoire. Pour 2021 : la CFDT dit stop !